La réalité de la ménopause explorée sur France Culture et Arte Radio

La réalité de la ménopause explorée sur France Culture et Arte Radio


La ménopause est vécue comme une libération par l’écrivaine et journaliste Sophie Fontanel (ici, en septembre 2019, lors de la Fashion Week à Paris).

FRANCE CULTURE ET ARTE RADIO – À LA DEMANDE – DOCUMENTAIRES

Il était une fois deux femmes qui décidèrent de dépoussiérer un sujet pas glamour : la ménopause. D’un côté, une (en) quête à la première personne – le réussi, bien qu’un peu court, Bouffées de chaleur, de Valérie Ganne, sur Arte Radio –, de l’autre, une exploration au long cours par Perrine Kervran (quatre heures dans le cadre de l’émission « LSD, la Série documentaire » de France Culture, dont elle est par ailleurs productrice).

Dans les deux cas, un même constat. D’abord, que, longtemps tabou, le sujet l’est de moins en moins – et c’est heureux puisque quelque 14 millions de Françaises seraient aujourd’hui ménopausées, et qu’un quart d’entre elles souffrent de conséquences pénibles ou invalidantes. Mais aussi, et c’est plus étonnant, que non seulement peu d’entre nous peuvent dire en quoi la ménopause consiste vraiment, mais qu’il y a encore sur ce sujet beaucoup de choses que l’on ignore. Ajoutez à cela que cette question interroge aussi la place de la femme de 50 ans dans la société, et le risque est grand de se retrouver à enchaîner les quatre heures de ce « LSD » passionnant et formidablement « cousu » par sa réalisatrice, Annabelle Brouard.

Lire l’enquête : « Pour moi, cela a signifié la perte de ma féminité », toujours taboue, la ménopause se vit en silence

Sur fond de musique pop ancrée dans les années 1980, l’épisode 1 donne la parole aux premières concernées. Couperet pour les unes – devenues invisibles, les femmes ne sont plus désirées, plus désirables (avec le témoignage des autrices Chloé Delaume et Camille Froidevaux-Metterie) –, la ménopause est au contraire vécue comme une libération par Sophie Fontanel : « Je trouve fou qu’on dise aux femmes que leur érotisme décroît ! L’érotisme ne décroît pas, c’est juste qu’on ne veut pas, plus, s’emmerder. » Pour illustrer la séquence : I Want to Break Free, par Queen, bien évidemment. Dans l’épisode suivant, on découvre que les femmes sont des orques comme les autres puisque, avec les baleines pilotes, ce sont les seules espèces connues à ce jour à être ménopausées. Chez les cétacés, c’est le moment où elles accèdent au plus haut échelon de leur communauté…

Traitements hormonaux

Il ne faudrait d’ailleurs pas occulter que les hommes ont, eux aussi, des cycles et des symptômes. Andropause, ménopause, même combat ? C’est l’objet du passionnant épisode 3, éclairé par les analyses de la sociologue Cécile Charlap, de la gynécologue Geneviève Plu-Bureau et des anthropologues Daniel Delanoë et Véronique Moulinié. Est ici abordée la question des traitements hormonaux, qu’il ne s’agit aucunement de diaboliser, mais qu’il serait utile de réexaminer à l’aune de l’usage qu’en font les personnes transgenres, comme l’expose le sociologue queer Sam Bourcier.

Inaudible autant qu’invisible ? C’est l’objet du dernier épisode dans lequel on entendra Blandine Lenoir, réalisatrice d’Aurore (2017) dans lequel elle mettait en scène une femme ménopausée (jouée par Agnès Jaoui), ou encore l’autrice Iris Brey qui apporte un peu de lumière en soulignant qu’avec les séries – écrites par des pools d’hommes comme de femmes –, d’autres représentations sont désormais possibles. Et c’est ainsi qu’on se retrouve à (re) visionner Fleabag et à commander les ouvrages de Darcey Steinke. Conférencière à Princeton et à Columbia, cette autrice américaine a écrit de sublimes pages sur la ménopause qui sont ici données à entendre.

LSD : ménopause pour tout le monde, créé par Perrine Kervran, réalisé par Annabelle Brouard (Fr., 2021, 4 × 60 min). Disponible sur l’application de Radio France.

Bouffées de chaleur, documentaire de Valérie Ganne (Fr., 2020, 35 min). Disponible sur Arte Radio et les plates-formes de podcast.



Source link