« L’éventuelle dépénalisation de l’euthanasie est “l’arbre qui cache la forêt” »

« L’éventuelle dépénalisation de l’euthanasie est “l’arbre qui cache la forêt” »


Le professeur Régis Aubry, chef du pôle autonomie handicap du centre hospitalier régional et universitaire (CHRU) de Besançon, est l’ex-président de l’Observatoire national de la fin de vie, et membre du conseil consultatif national d’éthique. Il répondra en direct à vos questions dans ce live.

La proposition de loi du député (Libertés et territoires, Charente-Maritime) Olivier Falorni « donnant et garantissant le droit à une fin de vie libre et choisie » est examinée jeudi 8 avril à l’Assemblée nationale. Cette proposition a pour ambition d’autoriser « une assistance médicalisée active à mourir », pour « toute personne capable et majeure, en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable, quelle qu’en soit la cause, provoquant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu’elle juge insupportable ».

Quelque 3 000 amendements ont été déposés sur cette proposition de loi controversée, dont 2 300 venant de députés Les Républicains. Ce grand nombre d’amendements risque de rendre mécaniquement impossible l’examen de leur totalité sur une seule journée. Si une majorité de députés se dit favorable pour avancer sur le sujet, des nuances, voire des divergences profondes, subsistent. Le débat transcende les clivages au Parlement.

Le premier ministre et le ministre de la santé avaient fait savoir, jeudi 11 mars devant le Sénat, qu’ils ne souhaitaient pas, aujourd’hui, appuyer une telle mesure. Arguant vouloir plus de recul sur la loi Claeys-Leonetti, Olivier Véran a annoncé le lancement d’un « cinquième plan national de développement des soins palliatifs », et a ajouté que la période de crise sanitaire n’était « pas un moment opportun » pour légiférer sur l’euthanasie.

L’opinion publique est favorable au principe d’euthanasie active : « Quatre-vingt-seize pour cent des Français se disent favorables à une évolution du droit en la matière, au-delà des considérations politiques et religieuses de chacun », d’après un sondage Ipsos de 2019.

Nos contenus sur le sujet :

L’éditorial du « Monde » du 6 avril 2021. La fin de vie : un débat nécessaire

L’euthanasie active a été légalisée en Espagne, qui devient le sixième pays au monde le faire

Tribune. De l’affaire Vincent Lambert aux limites de la loi Leonetti

Témoignage. Euthanasie en Belgique : « Je ne veux pas laisser la maladie me ronger à petit feu »

Récit. Le dernier voyage : Atteinte d’un cancer généralisé, Fabienne Bidaux est partie mourir en Suisse.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *